03.08.2005

Préambule: BFF N:o 2 1990

Il ya a deux ans, nous avions proposé à titre expérimental, dans la série des Publications de l'Institut des Langues Romanes et Classiques de l'Université de Jyväskylä, un BULLETIN FRANCOPHONE DE FINLANDE composé d'articles scientifiques ou critiques de portée linguistique, littéraire, culturelle, voire pédagogique, dont le point commun était les formes et les usages variés de la langue française plus particulièrement en dehors de l'hexagone. Ce premier BULLETIN a intéressé un si grand nombre de lecteurs qu'il est maintenant malheureusement épuisé. Les encouragement qui nous ont été adressés nous ont indiqué que notre objectif, celui de diffuser aussi modestement cela soit-il la culture francophone en Finlande et dans les pays scandinaves, avait été dans une certaine mesure atteint. Une récidive a aussitôt été envisagée dans le futur proche est extensible en matière de publication; nous commencerons donc, en introduisant ce deuxième BULLETIN, par demander aux auteurs d'articles parvenus dès 1988 de bien vouloir nous pardonner un retard aussi important.

Que nous réserve ce nouveau BULLETIN? Après un premier article qui relance de manière stimulante le débat sur les sens à donner à la francophonie et sur le bien-fondé d'une revue telle que celle-ci, le reste des contributions touche à deux domaines, la région Wallonie-Bruxelles et le continent africain. Si le premier nous est proche en ces périodes politiques de concentration européenne, il n'en est peut-être pas de même de la culture d'origine africaine, et le dessein des trois premiers articles est justement de nous la faire mieux connaître. Tout d'abord par l'analyse du rôle du "griot", cet étonnant narrateur traditionnel omniprésent dans la littérature de l'Afrique noire. Ensuite par une étude réalisée in situ par un groupe d'étudiants finlandais sur la complexité ethnique et linguistique de l'île de la Réunion. Enfin, par une lecture d'une tragédie du martiniquais Aimé Césaire, Le Roi Christophe, proposée par un chercheur de Ouagadougou.

Les conditions de la littérature écrite sont complètement différentes en Belgique francophone où l'on compte un nombre impressionnant d'auteurs dont plusieurs ont obtenu la faveur du publique international. Parmi les plus connus, après le nom de Simenon (dont il a été question dans le numéro précédent), celui d'Hergé vient tout de suite à l'esprit. La notoriété du personnage de Tintin a permis le lancement à la Libération d'un hebdomadaire qui aura fait les beaux jours des enfants belges jusqu'aux années 80. Un article présentera les héros de ce Journal de Tintin et leurs dessinateurs. Une grande générosité, une préférence pour la simplicité, une certaine conception du bonheur se retrouvent différemment exprimés chez deux écrivains belges qui mériteraient plus de considération: le poète Maurice Carême, auteur d'une collection de délicates Petites légendes d'une indicible magie, et le romancier ardennais Arthur Masson, le père de Toine Culot, l'"obèse en sabots", dont il raconte les aventures d'une plume truculente. Deux contributions leur sont consacrées. La suivante s'intéressera à un autre univers, celui du fantastique, et plus particulièrement à l'image de la femme qu'y donnent différents écrivains belges. Enfin, un dernier article, mais pas des moindres, portant sur la littérature de la cour de Bourgogne, nous permettra de retracer l'histoire de la littérature française hors de France qui déjà à l'époque était florissante.

En espérant que les lecteurs apprécieront cette table des matières aussi riche que variée, nous voudrions exprimer notre reconnaissance à tous les auteurs d'articles, qu'ils soient de Finlande, de Belgique ou du Burkina Faso. Nous voudrions remercier également le Ministère de la Communauté française de Belgique pour son aide financière sans laquelle nous n'aurions pas pu publier et diffuser ce second BULLETIN. Rappelons aussi que c'est grâce aux bons soins de ce Ministère et à ceux de la fondation suisse pour la culture Pro Helvetia que le "Fonds francophone" de Jyväskylä peut s'enorgueillir de posséder désormais une des plus importantes bibliothèques francophones des Pays nordiques et se réjouir de la mettre à la disposition du public intéressé. On y trouvera par exemple la plupart des ouvrages auxquels se réfèrent les articles de notre revue.

Comme après la publication du numéro précédent, nous attendons à nouveau des contributions concernant la francophonie, que ce soit des articles d'orientation linguistique, littéraire, culturelle, qu'il s'agisse de présentations d'ensemble ou d'enquêtes portant sur un point bien particulier, que les intentions des auteurs soient scientifiques, pédagogiques, polémiques ou autres; bref, tout ce qui peut nous aider à mieux connaître ce vaste concept géopolitique et culturel qui relie par une même langue de base divers continents. Nous remercions à l'avance tous les collaborateurs à ce troisième numéro auquel nous pensons déjà, ainsi que les lecteurs qui auraient la gentillesse de nous faire part de leur avis. A cet effet, on trouvera à la dernière page de ce BULLETIN un formulaire à compléter et à nous renvoyer.

Jean-Yves MALHERBE

Table des matières et Extraits de préambules