03.08.2005

Préambule: BFF N:o 3 1991

En ces temps où changent de manière si rapide et radicale les rapports de toutes sortes entre les différents pays du monde et en particulier d'Europe, remettre sur le tapis la question de la francophonie et confronter les points de vue variés que permet et que suscite l'utilisation commune de la langue française est sans conteste à l'ordre du jour. Les relations culturelles ne doivent à aucun prix se laisser distancer par les réalités politiques et commerciales dans l'édification du monde du XXIème siècle.

L'idée d'échanges francophones se répand actuellement au niveau universitaire et touche des pays géographiquement un peu isolés comme la Finlande. Par exemple, sous l'égide de l'AUPELF (Association internationale des universités partiellement ou entièrement de langue française), se constitue comme une université internationale de la francophonie, notamment grâce à des bourses offertes pour des stages de recherches chez des collègues étrangers. Notre collaborateur J.-M. Defays a pu ainsi passer en début d'année quatre mois en Belgique pour travailler à un projet francophone. Le programme Erasmus, qui engage toujours trois universités, concerne lui les échanges d'étudiants. La visite que viennent de nous rendre à Jyväskylä en septembre le Recteur de l'Université de Liège, M. A. Bodson, et M. le Professeur P. Delbouille, de la même université, nous a permis de faire nos premiers pas dans ce réseau académique international. L'année qui vient sera aussi celle du second colloque international sur la francophonie, qui aura lieu à Pécs, en Hongrie du 22 au 26 avril 1992. Nous nous réjouissons de pouvoir y participer.

Cette émulation concernant les relations académiques et scientifiques internationales ne peut que nous encourager à poursuivre notre entreprise, aussi modeste et difficile soit-elle. Ce troisième Bulletin francophone de Finlande nous donne de nouveau l'occasion de présenter divers sujets qui témoigreront des ressources de la langue française, de la richesse des cultures francophones, de la nécessité de mieux en profiter. Les articles qui le constituent sont cette fois-ci répartis selon trois espaces francophones bien circonscrits : la Suisse romande, la Belgique francophone et le Canada français.

Le lac Léman, enserré comme dans un écrin par les Alpes qui s'y reflètent, entretient une étrange fascination chez les visiteurs. Depuis qu'un d'eux s'est trouvé être Jean-Jacques Rousseau, n'a pas tardé à se propager la mode de revenir de ces lieux enchanteurs avec des souvenirs choisis qui alimenteront une littérature particulière d'inspiration tantôt touristique, tantôt sentimentale, tantôt politique. Un long article retrace cette tradition depuis 1761, année de la parution de La Nouvelle Héloïse jusqu'à Journal d'une mort d'André Barillier, paru lui en 1977. Sur la rive nord de ce même lac, le canton de Vaud perpétue des coutumes comme la fête des vignerons presque initiatique dont il sera question dans le deuxième article consacré à la Suisse.

Viennent ensuite quatre contributions concernant la Belgique francophone. Sa littérature des 30 dernières années nous est présentée par un de ses spécialistes qui dresse d'une manière détaillée un bilan où l'on voit sans cesse revenir la question de son autonomie. Passant de la littérature à la peinture, un collègue belge de Bergen nous apprendra que la Belgique a été un lieu d'exil pour le peintre révolutionnaire David, régicide de réputation, que Guillaume Ier accueillit en son Royaume des Pays-Bas. L'enfance est un sujet universel que la fiction belge transpose d'une manière souvent fort originale, entre autres à travers le "réalisme fantastique" ; nous verrons dans le troisième article belge ce que cela donne chez quelques écrivains bien différents. Enfin, une collègue de Cacérès nous parlera des raisons et des modalités de la création d'un Centre d'études belges dans une université du sud de l'Espagne.

Reste le Canada dont traiteront deux articles. Nous lirons d'abord un dossier minutieux qui compare le biliguisme au Québec et en Finlande, ensuite une analyse historique et politique des malentendus qui subsistent entre la France et "ses cousins d'outre-Atlantique".

Ce Bulletin se concluera sur un thème plus léger, mais traité de manière non moins sérieuse. Comme la France, la Belgique francophone, le Québec et la Suisse romande possèdent un riche patrimoine de monologues comiques qu'il faudrait mettre en valeur. On nous propose un petit aperçu de l'art subtil que l'on y pratique de jouer avec les mots.

Nous sommes particulièrement reconnaissants à l'endroit des auteurs des articles pour leur participation à ce numéro, ainsi qu'à l'égard de la Communauté française de Belgique pour sa contribution financière, indispensable à la parution de notre Bulletin. Nous remercions déjà les collègues qui auront la gentillesse de nous faire part de leurs commentaires et suggestions, et qui voudront bien nous soumettre (avant fin mars 1992) leurs articles pour l'édition prochaine.

Jean-Yves Malherbe

Table des matières et Extraits de préambules